L’EAU, NOUS LA BUVONS, NOUS LA PAYONS ! NOUS AVONS LE DROIT DE SAVOIR !

Après avoir refusé tout débat public pendant plus d’un an, J.L Moudenc vient d’annoncer ses choix : la gestion de l’eau sera confiée en 2020 à Veolia et celle de l’assainissement à Suez.

Pour lui, la qualité des offres proposées par Veolia et Suez ainsi que les tarifs annoncés sont si intéressants, qu’il n’y a plus matière à discussion. Dans son intervention lors de la réunion publique du 13 novembre, il a même affirmé que le débat avait assez duré et qu’il était temps de voter (le 13 décembre prochain, au conseil de métropole).

Nous avons toutes les raisons de nous méfier des multinationales comme Veolia et Suez, dont le seul souci est de réaliser des profits pour leur propre développement et pour leurs
actionnaires.

Et surtout nous n’avons pas la même conception de la démocratie ! La démocratie, c’est se
prononcer en disposant de toutes les informations. Or J.L. Moudenc a fait son choix en se
basant sur plusieurs documents, et en particulier :
– le rapport d’analyse des offres faites par Veolia et Suez. Nous n’avons toujours pas ce
rapport et les élu.e.s non plus !
– l’étude sur les conditions de mise en place d’une régie. Nous n’avons toujours pas ce
document et les élu.e.s non plus !

Si monsieur Moudenc avait un réel souci de la démocratie, il fournirait dès à présent aux
élu.e.s comme aux associations et aux citoyen.ne.s l’ensemble de ces documents.
Va-t-il refuser de le faire, comme, il y un an, il avait refusé de nous communiquer les cahiers des charges soumis aux entreprises ? Nous lui rappelons que la C.A.D.A (Commission d’Accès aux Documents Administratifs) lui a donné tort … six mois après notre demande.

Nous n’acceptons pas une telle situation. Nous l’acceptons d’autant moins que nous estimons que la régie n’a pas été traitée à égalité avec Veolia et Suez. Mais pour en avoir la
confirmation, nous devons avoir accès aux documents pré-cités.

C’est pourquoi le Collectif « Ô Toulouse » appelle à un rassemblement ce jeudi 22 novembre à 12 h sur l’esplanade Jean Jaurès, afin de nous adresser publiquement à J.L. Moudenc, et exiger qu’il nous communique enfin tous les documents qui ont fondé son choix.

C’est seulement dans ces conditions que pourra être mené un réel débat démocratique, ayant pour conséquence évidente le report du vote du Conseil de métropole au premier trimestre 2019.

Le culte du secret et de l’opacité sert les multinationales, crée de la suspicion, sinon de la
corruption, et délite la démocratie. Nous avons le droit de savoir !

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *