Communiqué suite à la pollution de l’Hers

Octobre 2021 Une panne électrique met en défaut tout un poste de relevage d’eaux usées ainsi que le système d’alarme !! Qui peut le croire ??

Décidément !!! Le réseau d’assainissement  de Toulouse Métropole n’est  pas sûr!!!

En début d’année, un collecteur transportant le tiers des eaux usées de Toulouse s’effondrait. Pendant 6 semaines environ les eaux usées étaient rejetées à la Garonne. La cause retenue: le mauvais état du remblai, Et l’état dégradé du collecteur ? secondaire …..

Là nous apprenons par un petit article dans la presse locale, les 9 et 10 octobre, le dysfonctionnement du poste de relevage des eaux usées des Argoulets. Conséquence : une pollution importante  de l’Hers et l’asphyxie de la faune aquatique dont de nombreux poissons.

Ce poste des Argoulets concerne une grande partie de l’est de Toulouse ainsi que les communes de Ramonville, St Orens, Quint Fonsegrive, plusieurs milliers d’habitants

Pourquoi ? un problème d’ordre électrique qui a entraîné l’arrêt des pompes et la mise hors service du système d’alarme lui-même !! lequel de ce fait n’a pas pu signaler le dysfonctionnement des pompes d’où l’envoi dans l’Hers pendant de longues heures des eaux usées.

Difficile d’accorder du crédit à un tel récit !

Les citoyens ne peuvent qu’être inquiets quant au maintien de la sécurité sanitaire et environnementale qu’ils sont en droit d’attendre !!

Tout ceci doit nous interpeller et interpeller aussi d’une part Toulouse Métropole et d’autre part les services de l’Etat chargés de faire appliquer les règlementations protectrices de la santé publique et de l’environnement !!

A propos, notons le silence assourdissant de Toulouse Métropole à l’égard des associations de citoyens et à l’égard des citoyens eux-mêmes auxquels aucune information n’est donnée . C’est cela la transparence annoncée à grand renfort de communication..

Nous étions en droit d’attendre autre chose surtout après l’affaire du collecteur !!!

Pour toute information tel 0683670802 (Marie Graciet)

EAU SECOURS 31, LES AMIS DE LA TERRE

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Communiqué suite à la pollution de l’Hers

Projection du film « Eau mon amour » mercredi 20 Octobre à 20h au Cratère

Le film « Eau, mon amour » réalisé par  Roberto Della Torre et Didier Labertrandie est projeté au Cratère, 95 grande rue Saint-Michel à Toulouse.

Vaut-il mieux confier la gestion d’un service public à un opérateur privé ou à une collectivité publique ?
Cette question s’est posée à Toulouse et sa métropole de 750 000 habitant-e-s au sujet des services de distribution de l’eau et de l’assainissement. Durant un an et demi, de juin 2017 à décembre 2018, la procédure d’harmonisation et d’unification de ces deux services a placé les 134 élu-e-s de la métropole toulousaine devant cette question éminemment politique…

Dès l’ouverture de cette procédure, nous avons suivi au plus près les militant-e-s de l’association « Eau Secours 31 » mobilisés pour défendre le principe d’une régie publique. L’association s’est alors donné deux axes d’actions principaux : sensibiliser le public le plus largement possible tout en s’efforçant de convaincre les élu-e-s auquel-les il incomberait, en dernier ressort, de trancher entre régie et délégation de service public (DSP).
Mais en décembre 2018, Véolia et Suez ont finalement raflé les deux marchés, en abattant au dernier moment la carte maîtresse du prix le plus bas. « Eau Secours 31 » y a opposé en vain le prix le plus juste tandis qu’une analyse plus fine des contrats a permis à ses militant-e-s de lever quelques loups.

En suivant au plus près cette nouvelle bataille de l’eau toulousaine, nous avons voulu montrer comment le pouvoir politique ouvre ou non un espace de dialogue et de débat, et facilite ou non le processus d’intégration des usagers, des associations et des représentants du personnel dans la gestion de services publics essentiels à la population. Mais aussi comment, en face de simples citoyens essaient de s’emparer d’un tel débat.

C’est à la lumière de cette interrogation que la société civile porte peu à peu un nouveau regard sur la gestion de l’eau et de l’assainissement. Cette évolution des mentalités s’est traduite de manière plus concrète ces dernières années par des retours en régie publique dans des villes telles que Paris, Nice, Montpellier, Nantes ou encore Rennes, Muret, Castres…

En nous focalisant sur l’exemple concret de la métropole toulousaine, s’est ainsi offerte à nos yeux l’occasion de suivre en direct et au plus près du terrain le déroulement et le développement de ce vaste débat autour de l’un des communs les plus vitaux pour l’humanité : l’eau.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Projection du film « Eau mon amour » mercredi 20 Octobre à 20h au Cratère

Pollution de l’Hers par des eaux usées

Le cours d’eau l’Hers a été la cible d’une importante pollution ce dimanche 10 Octobre 2021, en fin de journée au niveau du poste de relevage des Argoulets où transitent d’importantes quantités d’eaux usées. Ces eaux polluées se sont déversées dans l’Hers entraînant la mort de centaines de poissons. Cf article de la Dépêche du Midi

Des spécialistes en dépollution ont été déployés sur cette intervention.
Photo Dépêche du Midi

Les eaux usées circulent par gravité dans le réseau des égouts qui aboutit à l’usine de traitement de Ginestous. Dans les points bas, des pompes dites de relevages renvoient ces eaux dans un réseau plus élevé. Normalement des pompes de secours doivent prendre le relais en cas de panne. Eau Secours vas enquêter sur la cause de ce dysfonctionnement.

Rappelons qu’en juillet 2020, l’Hers avait subi une importante pollution sur une dizaine de kilomètres, due à 30 000 litres de gasoil provenant d’un dépôt de bus Tisséo situé avenue d’Atlanta.

L’Hers-Mort, à ne pas confondre avec l’Hers vif affluent de l’Ariège, va bien justifier son nom !

 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Pollution de l’Hers par des eaux usées

Mégabassines

Un reportage de ReporTerre sur la bataille contre le « hold-up sur l’eau » de l’agriculture intensive :

https://reporterre.net/Megabassines-bataille-contre-le-hold-up-sur-l-eau-de-l-agriculture-intensive?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=nl_hebdo

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Mégabassines

Des eaux usées dans la Garonne, les déversements continuent …

Un nouvel article d’Actu Toulouse du 23 mars 2021, sur les rejets d’eaux usées suite à l’effondrement d’un collecteur.

Dimanche 21 mars 2021, une eau boueuse, à l'odeur suspecte, s'échapper dans la Garonne.

https://actu.fr/occitanie/toulouse_31555/toulouse-de-l-eau-marron-a-l-odeur-suspecte-rejetee-dans-la-garonne-les-explications_40427701.html

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Des eaux usées dans la Garonne, les déversements continuent …

La journée mondiale de l’eau, à Toulouse

Journée mondiale de l'eau ce samedi 17 mars à Angers - Actualité Angers Villactu

Le programme des conférences-débats du samedi 20 mars en direct sur facebook.com/JMEauSecours31

10h/11h30 – Prix bas versus Prix juste – Animateur: Bruno Vincens journaliste à l’Humanité et Médiacité

Marie Françoise Vabre, présidente d’Eau Secours 31 : Ouverture de la séance et présentation de l’association, déroulé de la journée

Claude Touchefeu, ancienne élue métropolitaine, & Pascal Gassiot, expert en marchés public : Situation toulousaine par rapport à l’eau + action en justice

Extrait du film « Eau mon amour » : interview de l’avocate Florence Rault, cabinet De Castelnau, Paris

Patrick Du Fau de Lamothe, expert comptable, juriste et conseiller en gestion de l’eau : comparaison de la victoire à Bordeaux avec la plainte à Toulouse

René Revol, Maire de Grabels et conseiller métropolitain de Montpellier : les obstacles pour passer d’une Délégation de Service Public en régie et l’incidence sur le prix

Anne Grosperrin, vice-présidente chargée de l’eau de Lyon Métropole : la question du prix dans le cadre du passage en régie

Sylvie Cassou-Schotte, vice-présidente de Bordeaux Métropole en charge de l’eau : le passage à la régie pour la gestion de l’eau

Hélène Vialleton, présidente de l’association Eau et Services Publics St-Etienne : le passage en régie de la Métropole stéfanoise

Michèle Jund, France Nature Environnement : explication des taxes collectées par l’agence de l’eau

Marc Laimé, journaliste : Conclusion

Débat entre les intervenants et questions du public

14h/15h30 – Qualité de l’eau et santé publiqueAnimateur: Paul du Barry

Le film « Des microplastiques dans la Garonne » : présentation du projet de recherche Plastigar

Jean Michel Fabre, conseiller départemental Haute-Garonne : présentation du projet Garon’Amont

Thierry Uso, administrateur à la régie Montpellier et animateur de la commission eau d’Attac : une approche réglementaire et technologique

Lucien Sormail, élu, membre de la Clé du Sage Hers-Girou : le rôle des Sage

Cécile Stratonovitch, pédiatre, membre de l’association Alerte des Médecins sur les Pesticides : les conséquences de la pollution de l’eau sur la santé

Claude Danglot, médecin biologiste, ingénieur hydrologue : conclusion thématique pollution/santé

Marie-Françoise Vabre, Présidente Eau Secours 31 : l’effondrement d’un collecteur d’un collecteur d’eaux usées et les rejets de ses eaux dans la Garonne.

Débat entre les intervenants et questions du public

16h/17h30 – Conflits d’usage et communs – Animateur: Simon Labroue

Teaser du film « Barrages, l’eau sous haute tension »

Nicolas Ubelmann, réalisateur : Barrages – rôles et menaces sur le modèle de gestion

Françoise Blandel, co-présidente du Collectif Testet : à Sivens, l’arbitrage des usages de l’eau

Extrait du film « Dimension horizontale » sur le Référendum en Italie eau = bien commun, du réalisateur Roberto Della Torre

Michel Lesage, ancien député : le projet de loi sur l’accès à l’eau et l’eau en tant que commun

Thierry Uso, administrateur à la régie Montpellier et animateur de la commission eau d’Attac : l’eau en tant que commun ? Une approche internationale

Gilbert Dargegen, Eau Secours 31 : l’exemple d’Alet-les-Bains dans l’Aude, conflit intérêt privé vs. intérêt général

Débat entre les intervenants et questions du public

Lucien Sanchez, vice président, d’Eau Secours 31 : vision internationale + rappel vocation association

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur La journée mondiale de l’eau, à Toulouse

Eau, mon amour

En avant première, le film « Eau mon amour », de Roberto Della Torre et Didier Labertrandie.

Faut-il confier la gestion d’un service public, comme celui de l’eau à, un opérateur public ? 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Eau, mon amour

La Journée Mondiale de l’Eau samedi 20 mars

Eau Secours 31 vous invite à une série de conférences débats sur trois grands thèmes :

De 10 à 12h, prix juste ou prix bas.

Alors que Toulouse métropole a fait le choix de la délégation de service public, confiant la gestion de l’eau à Veolia et Suez, plusieurs grandes métropoles font le choix inverse de revenir à la régie publique. Des élus de ces métropoles vous expliquerons les raisons de ce choix. Nous reviendrons également sur le dossier toulousain concernant l’absence de comparaison sincère des deux modes de gestion. La Cour Régionales des Comptes dans son dernier rapport le mentionne clairement, confortant le bien fondé de la plainte déposée par plusieurs élus contre les contrats passés avec Veolia et Suez.

De 14 à 15h 30, Qualité de l’eau et gestion de la ressource

La plus grande part de l’eau du robinet que nous consommons provient de la Garonne. Quelle qualité a-t-elle ? Quels sont les risques liés à tous les polluants (pesticides, perturbateurs endocriniens, antibiotiques, micro-plastiques …) qu’on y retrouve ?

Avec le changement climatique, la ressource eau va diminuer, surtout l’été comment gérer cette ressource et éviter les conflits d’usage, notamment l’accaparement par certains ?

De 16 à 17h30, L’eau : un bien commun

Qu’entend-on par bien commun ? L’ONU en 2010 a reconnu le droit humain à l’eau. car l’accès à une eau de bonne qualité et un assainissement des eaux usées sont essentiels pour une bonne santé. Comment se déclinent ces grands principes dans notre législation ? Comment mettre en place une tarification sociale de l’eau ?

Vous pourrez suivre ces trois débats sur TV Bruits, en vous connectant aux heures indiquées avec votre portable (PC, tablette, smartphone) en cliquant sur ce lien : eausecours.tvbruits.org

Ces conférences seront également ensuite disponibles en replay.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur La Journée Mondiale de l’Eau samedi 20 mars

Rejet d’eaux usées dans la Garonne

Il aura fallu la fermeture à la circulation de la bretelle des Minimes pour que nous soyons informés de l’effondrement partiel d’un des sept collecteurs d’eaux usées de la ville. De plus cette information n’a circulé dans certains médias locaux que près d’un mois après l’incident survenu fin janvier.

Plongée au cœur des égouts toulousains - ladepeche.fr

Ajoutons que non seulement les Conseil métropolitain de l’eau et Conseil de surveillance d’Asteo ne se sont pas réunis en 15 mois, mais que ses représentants n’ont pas non plus été informés d’un incident aussi grave. La transparence tant annoncée est mise à mal par cette gestion de crise en catimini.

Car cet événement est tout sauf anodin, et pose une série de questions préoccupantes :

  • Les eaux usées ont été déversées pendant une dizaine de jours dans le réseau pluvial et donc dans la Garonne, avec quel niveau de pollution de la rivière ?

  • Quelle est la nature des travaux effectués et quels vont être leurs coûts ?

  • Les dispositifs de contrôle et d’entretien des collecteurs et plus généralement du réseau de collecte des eaux usées sont-ils suffisants pour éviter de tels incidents ?

  • La collectivité envisage-t-elle de se retourner contre le délégataire précédent (Veolia) pour un éventuel défaut d’entretien ?

Ces questions constituent l’essentiel du courrier que Eau Secours 31 a adressé à ASTEO (groupe SUEZ) et à J.L. Moudenc.

Quelques articles de presse sur ce sujet :

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Rejet d’eaux usées dans la Garonne

Guerre de l’eau : le collectif qui dit « Bassines non merci » au projet de retenues artificielles dans le Marais poitevin

La guerre de l’eau est déclarée alors que partout en France, des projets de retenues artificielles parfois gigantesques se multiplient. Face aux agriculteurs qui veulent stocker l’eau pour irriguer leurs champs, des défenseurs de l’environnement se mobilisent pour préserver une ressource de plus en plus rare.

Extrait de « La guerre de l’eau », une enquête à voir dans « Envoyé spécial » le 4 mars 2021

Le Marais poitevin, deuxième zone humide de France en superficie, Julien Le Guet l’a parcouru des centaines de fois. Depuis ses 14 ans, pigouille en main (c’est la perche qui l’aide à faire avancer sa barque), il guide les touristes dans le parc naturel. « Et qu’est-ce que je vois depuis que j’ai 14 ans ? C’est que ce marais, il crève », s’indigne-t-il.

Selon ce militant écologiste, sont en partie responsables les retenues artificielles où les agriculteurs stockent l’eau pour irriguer leurs terres en été. En pompant dans les nappes phréatiques, ces « bassines », comme il les appelle, font baisser le niveau du marais. Conséquence : la tourbe, le sol perméable qui humidifie en permanence la végétation locale, n’est plus alimentée.

L’été dernier, explique-t-il, le niveau du marais a baissé de 40 centimètres. « Ce qui veut dire que sur certains canaux, c’était impossible de faire de la barque. A partir du 15 août, il ne restait plus qu’une seule solution pour faire un tour… Et sur tous les autres canaux, on touchait le fond, littéralement. »

Un projet de 16 nouvelles réserves d’eau dans les Deux-Sèvres, pour un coût de 60 M€
Alors, face au projet qui prévoit la construction de 16 nouvelles réserves d’eau dans le département des Deux-Sèvres, Julien Le Guet a pris la tête d’un collectif, « Bassines, non merci ». Ces gigantesques réserves devraient alimenter 220 exploitations, et servir avant tout à la culture de céréales destinées au bétail ou à l’export. Le coût total de ce projet est estimé à 60 millions d’euros, subventionnés à 70% par de l’argent public.

Un non-sens pour les défenseurs de l’environnement. Ces bassins « qui prennent dans le sous-sol une eau qui est de qualité et protégée, pour l’exposer au vent, aux pollutions aériennes, à la chaleur… » sont une aberration écologique, affirme Julien Le Guet. Pour le prouver, il a emmené les journalistes d' »Envoyé spécial » devant une retenue. Le sol a été recouvert d’une bâche étanche, en caoutchouc noir qui va, en outre, « chauffer cette eau et accroître le phénomène d’évaporation ».

 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Guerre de l’eau : le collectif qui dit « Bassines non merci » au projet de retenues artificielles dans le Marais poitevin