Les question aux candidats de l’élection municipale 2020

Le 13 février 2020

Aux listes candidates à l’élection municipale des 15 et 22 mars 2020

Madame, monsieur,

Vous êtes désigné.e tête de liste aux prochaines élections municipales de Toulouse et Toulouse Métropole.

Vous connaissez sûrement le travail d’information de notre collectif autour de la question de l’eau, bien commun de l’humanité, autant que la forte mobilisation en 2018/2019 que nous avons menée en faveur d’une régie publique.

Par contre, sauf erreur de notre part, nous sommes surpris de ne pas trouver un écho de ces préoccupations dans vos publications, thèmes de débat, présence médiatiques et sur les réseaux sociaux etc. à l’exception d’un récent article de la Dépêche du Midi à leur initiative (le 17 janvier pour six listes sur Toulouse).

C’est pourquoi nous vous adressons ce questionnaire. Comme vous le verrez, il pose des
questions très précises. Au-delà de la réponse OUI / NON, nous vous laissons la possibilité
d’expliciter les raisons de votre réponse. Nous restons à votre disposition si vous souhaitez
avoir des informations complémentaires pour répondre au questionnaire.

Nous souhaitons recevoir vos réponses d’ici le 1° mars de façon à pouvoir les rendre publiques pendant la campagne électorale.

Nous vous en remercions par avance et vous adressons nos sincères salutations de citoyen.
ne.s très attaché.e.s à la gestion publique de l’eau et de l’assainissement.

Pour EAU SECOURS 31
Lucien SANCHEZ, Marie-Françoise VABRE

QUESTIONNAIRE EAU SECOURS 31

QUESTION 1 :
Approuvez-vous le vote du conseil de Métropole du 13 décembre 2018, attribuant la délégation de service public de l’eau à Veolia et celle de l’assainissement à Suez, sur le territoire de la Métropole ? OUI  NON    Pourquoi ?

QUESTION 2 :
Quatre élus sortants de la Métropole, avec le soutien des associations regroupées dans
notre Collectif, estimant que l’étude de la Régie n’a pas été menée de façon équitable par
rapport aux offres de Veolia et Suez, ont porté plainte au TA. Pensez-vous que leur démarche est justifiée ? OUI  NON   Pourquoi ?

QUESTION 3 :
Alors que les dernières factures arrivées début 2020 sur Toulouse font apparaître un tarif
autour de 4€ /m3, pensez-vous que le tarif annoncé pour 2020 par Veolia et Suez de
2,95€/m3 montre que Veolia (ex CGE) qui a géré pendant 30 ans l’eau et l’assainissement sur Toulouse, a dû réaliser des bénéfices très importants sur le dos des usagers domestiques ? OUI  NON

QUESTION 4 :
Si vous êtes élu.e au conseil de Métropole, êtes-vous prêt.e à engager une action immédiate visant à rompre les contrats avec Veolia et Suez ? OUI  NON   Pourquoi ?

QUESTION 5 :
Les compteurs d’eau viennent d’être renouvelés et ont été remplacés par des compteurs de
radio relève (voir note en fin de page). Ces compteurs sont neufs ou très récents. Le contrat de DSP prévoit leur remplacement par des compteurs de télé-relève. Approuvez-vous ce choix ? OUI  NON   Pourquoi ?

QUESTION 6 :
Nous revendiquons un juste prix de l’eau qui doit répondre à plusieurs exigences : la qualité de l’eau, un bon entretien du réseau, une solidarité à l’égard des plus démunis (premiers m3 gratuits, tarification progressive), un programme d’économies de la consommation,… Quelle sera votre action pour répondre à ces exigences ?

Note sur la radio-relève et la télé-relève :
La radio-relève ou encore relève dite « itinérante » permet une relève des index de consommation depuis l’extérieur de l’habitation, à pied ou en voiture, sans intervention au domicile de l’usager. Fonctionnant avec une technologie radio courte portée (émission fonctionnant à proximité du compteur), le dispositif consiste à récupérer l’index sur le terminal mobile de l’agent pour ensuite le transmettre au système d’information et permettre une facture calculée sur la base des consommations réelles.
La télé-relève se fait avec des compteurs communicants dit encore compteurs intelligents
type Linky permettant de relever en permanence quotidiennement, plusieurs fois par jour, la consommation et de capter des données commercialisables, les ondes électromagnétiques étant d’une puissance et fréquence supérieures (problème d’électrosensibilité).
Il faut savoir que la Métropole vient de terminer le renouvellement des compteurs et de les
équiper pour de la radio-relève. Ces compteurs sont neufs et vont être remplacés par des
compteurs de télé-relève (montant prévu au schéma directeur de 13 millions d’euros qui
auraient pu être affectés par exemple à des politiques de lutte contre les pollutions.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *