Manifestation régionale à l’appel de l’Union des luttes


25 juin 2022 ~ 14h00 ~ Toulouse

Autoroute, contournements routiers, élevages industriels, barrage, plateforme
logistique, exploitations forestières démentielles, photovoltaïques et éoliens
industriels, réouverture de mines, extension d’un port, complexe immobilier et son
golf, LGV, verrues urbaines, méga transformateur avec ses lignes THT, déploiement
de la 5G et de sa destructrice technologie numérique… Alors que nous devons faire
face à la crise environnementale, alors que les injustices sociales s’aggravent, les
projets inutiles se multiplient dans notre région, s’appropriant et détruisant nos
territoires et nos vies.

Tous ces projets ont en commun un certain nombre de caractéristiques :
• ils ne peuvent voir le jour que grâce à l’accord, au soutien et au financement partiel
des institutions étatiques élues ou non parmi lesquelles Conseil Régional, Conseil
Départemental, Communauté de communes. Mairie ;
• grâce au pouvoir de celles-ci, nos territoires sont offerts à de grandes entreprises pour
leur bien propre et celui de leurs actionnaires ;
• ces projets ne tiennent aucun compte de la dégradation climatique créée par les
politiques industrielles précédentes et nous imposent leurs poursuites ;
• ils sont destructeurs des sols agricoles, des nappes phréatiques, de la biodiversité,
aggravent l’utilisation massive des énergies fossiles, augmentent la présence des gaz à
effet de serre dans l’atmosphère. Ils remettent en cause la vie sur Terre ;
• ils pèsent toujours davantage sur les plus faibles d’entre-nous, exacerbent l’injustice
sociale, augmentent la misère, mettent à mal la démocratie, entraînent une montée de
l’autoritarisme d’État ;
• ils font tous l’objet d’une opposition des habitants du lieu et d’au-delà.

L’avenir est entre nos mains

Au moment où nos « élites » devraient penser sobriété et neutralité carbone, elles mènent une
politique criminelle, l’œil rivé sur le taux de croissance, le PIB ou quelque autre marqueur
du temps où leurs responsabilités dans le changement climatique et la catastrophe
environnementale n’étaient pas encore avérées.
Aujourd’hui, en dépit de la criminalisation des luttes les populations se lèvent contre ces
projets irresponsables, jeunesse en tête, pour imposer une autre vision du monde, pour
refuser cette politique financiaro-industrielle, pour sauver notre avenir commun. Elles
veulent inventer une autre démocratie où nos paroles seraient prises en compte ; elles
veulent définir elles-mêmes leurs véritables besoins, façonner de nouvelles manières de
vivre ensemble, de produire différemment, inventer un autre avenir.
Devant l’irresponsabilité de nos « dirigeants » levons-nous et faisons barrage à leurs intentions
délétères.

Ouvrons les perspectives d’un monde neuf, fait d’égalité, de solidarité
et de bien vivre ensemble.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Manifestation régionale à l’appel de l’Union des luttes

Manque d’eau ! Comment éviter la catastrophe ?

À quel point va-t-on manquer d’eau ? Alors qu’en 1974 déjà, René Dumont, candidat à la présidentielle, nous alertait. La question est plus que jamais d’actualité. Les années se suivent et commencent dangereusement à se ressembler. Les températures atteignent des records historiques pour la saison et la sécheresse sévit en France depuis des mois. Début mai, 15 départements avaient déjà mis en place des restrictions d’eau face à la sécheresse. Les spécialistes alertent sur le fait que nous allons commencer l’été avec des réserves d’eau très basses. Alors comment s’adapter face au manque d’eau ? Comment préparer l’été alors que les scientifiques et les agriculteurs craignent le pire ? Quelles solutions s’offrent à nous pour limiter les dégâts, préserver notre sécurité alimentaire et tenter d’inverser la tendance ? Réponses dans cet entretien de Paloma Moritz avec Emma Haziza, hydrologue, dans BLAST, Le souffle de l’info.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Manque d’eau ! Comment éviter la catastrophe ?

Arrêtez de nous bassiner !

Les mégabassines torpillées par la cour administrative d’appel de Bordeaux !

La Cour administrative d’appel de Bordeaux a annulé ce mardi 17 mai l’arrêté préfectoral d’autorisation de création de cinq bassines cf l’article de Rue89.

Nous vous recommandons cette émission d’Arte 28′ « Sécheresse, faut-il limiter nos consommations d’eau ? »,

et également cette contribution de la Confédération Paysanne « Méga-bassines, Un hold-up sur l’eau ».

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Arrêtez de nous bassiner !

Invitation au CA extra-ordinaire d’Eausecours31

Mardi 24 mai 2022 à partir de 18H30
Maison de quartier de Bagatelle, 13 imp. du Bachaga Boualam,
Très facile d’accès depuis la station de métro Bagatelle.

Pour accéder au plan cliquez ici

Aux adhérent.e.s et sympathisant.e.s  d’Eau Secours 31

  • Avoir l’occasion de venir nous voir entre deux  Assemblées générales ?
  • Prendre des nouvelles de la vie et des combats de l’association ?
  • Comprendre ce que sont les « bassines » dont vous entendez parler ?

Ça vous dit ?

Nous, on s ‘est dit que ce serait sympa  de vous inviter et de vous concocter un Conseil d’Administration pas tout à fait ordinaire.

Un Conseil d’Administration ? 
Oui, parce que nous voulons ainsi vous rappeler que toutes nos réunions de CA sont ouvertes aux adhérent.e.s,  pour une fois ou plus souvent, au rythme de chacun.e.

Extra ?
Oui, parce que nous en profiterons pour faire une séance de formation /information sur la question des « bassines », ces (trop) grandes retenues d’eau qui vont puiser dans les nappes phréatiques et comprendre l’enjeu autour de ces « bassines ».

Ordinaire ?
Oui, ordinaire quand même, car nous serons entre nous, adhérents et sympathisants. Vous pourrez poser « toutes les questions que vous vous posez sans oser les demander »  sur la vie de l’asso.
Oui, aussi, parce que ce sera un moment convivial et on pourra échanger autour d’un pot comme souvent dans nos CA « ordinaires ».

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Invitation au CA extra-ordinaire d’Eausecours31

16 ASSOCIATIONS DEPOSENT UN RECOURS GRACIEUX CONTRE LE SDAGE ADOUR-GARONNE 2022-27

=?utf-8?Q?Communiqu=C3=A9_-_16_associations_d=C3=A9posent_un_rec?=<br /> =?utf-8?Q?ours_contre_le_SDAGE_Adour-Garonne_2022-27_-_16/05/22?=

Si cet email n’apparaît pas correctement : Version en ligne

16 ASSOCIATIONS DEPOSENT UN RECOURS GRACIEUX CONTRE LE SDAGE ADOUR-GARONNE 2022-27

Après 2 années de débats et de contributions au sein du parlement de l’eau du bassin Adour-Garonne (le comité de bassin[1]), le document cadre (le SDAGE[2]) a finalement été adopté à l’issue d’une procédure contestable en faveur de l’accaparement de la ressource en eau pour l’irrigation. Face à un tel déni de démocratie environnementale, 16 associations[3] de protection de l’environnement et de défense des consommateurs déposent un recours gracieux auprès du préfet de bassin. Explications.

Une procédure démocratique bafouée au profit d’une irrigation intensive

Ce 10 mars 2022 aurait pu – aurait dû – être un grand jour pour la démocratie environnementale. Le Comité de bassin Adour-Garonne, Parlement de l’eau réunissant des représentants de tous les usagers de cette ressource fragile, était réuni en séance plénière pour l’adoption du nouveau SDAGE.

Mais rien ne s’est déroulé comme prévu. Des manœuvres de dernière minute ont permis aux représentants de l’agriculture industrielle de faire passer une motion et une modification du SDAGE. FNE Midi-Pyrénées a déjà eu l’occasion de dénoncer les travaux du Varenne agricole de l’eau et du changement climatique, tant sur la méthode sans concertation que sur le fond. Eh bien ce sont tout simplement les conclusions du Varenne qui ont été intégrées dans le SDAGE, alors même que cette
éventualité avait été pourtant explicitement retirée lors de la commission planification du 17 février 2022.

Cette méthode inacceptable de pression foule au pied la démocratie participative et anéantit des années de concertation et de construction lente d’un compromis, pourtant essentiel sur cette question extrêmement sensible du partage de l’eau.

Les associations de protection de l’environnement et de défense des consommateurs contraintes de déposer un recours gracieux

Comment le Comité de bassin dit « parlement de l’eau »  sous l’impulsion de l’agriculture industrielle et sous l’égide de l’Etat peut-il claquer la porte aux nez des associations membres, imposant des éléments nouveaux 5 minutes avant le vote final ? Il est irrecevable qu’une instance de cette envergure bafoue ainsi la procédure de validation.

Pour Cécile ARGENTIN, Présidente de FNE Midi-Pyrénées :

« Il n’y a pas meilleur moyen pour  rompre la confiance des associations, dont  un grand nombre sont sollicitées dans la durée pour  l’élaboration de projets de territoire. Est-ce bien utile de nous engager quand le Premier Ministre à la sortie du Varenne de l’eau précise que les Préfets « reprendront la main » si nécessaire sur les Projets de territoire , nous n’en doutons pas une minute désormais. C’est la raison pour laquelle nous déposons ce jour un recours gracieux auprès du préfet de bassin avec 16 associations de protection de l’environnement et des
consommateurs. »


[1] Le comité de bassin est une assemblée politique jouant le rôle de “Parlement de l’eau” sur le territoire du bassin Adour-Garonne. Rassemblant des représentants de tous les acteurs concernés, il est le lieu de concertation privilégié entre les usagers, les collectivités locales et l’État sur tous les enjeux liés à l’eau.

[2] Le SDAGE est un outil de planification visant à assurer la gestion de la ressource et des écosystèmes aquatiques, à l’échelle des grands bassins hydrographiques.
Élaboré au niveau de chaque grand bassin hydrographique (Seine-Normandie, Artois-Picardie, Loire-Bretagne, Rhône-Méditerranée…), le schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) fixe, pour ce bassin :

  • les orientations fondamentales d’une gestion équilibrée de la ressource en eau,
  • ainsi que les objectifs de qualité et de quantité des eaux à atteindre.
    Il définit aussi les actions à mettre en œuvre pour améliorer la qualité de l’eau.

Prévu pour 6 ans, le SDAGE est adopté par un comité de bassin et approuvé par le préfet coordonnateur de bassin.

[3] FNE Midi-Pyrénées, FNE 82, FNE 65, UPNET, APRA Le Chabot, Comité Ecologique Ariegeois, ANPER TOS, Collectif Clubs Mouches 31, Collectif Testet, Nordenvie, Calelh, SEPANSO Aquitaine, CLCV, UFC Que Choisir Aquitaine, Confédération Paysanne du Tarn et AAPPMA de Marignac

__

Contact presse :

Cécile ARGENTIN – Présidente de FNE Midi-Pyrénées – 06 18 63 75 33

Hervé HOURCADE – juriste à FNE Midi-Pyrénées – 07 86 52 30 92


FNE Midi-Pyrénées

14, rue de Tivoli
Maison de l’Environnement de Midi-Pyrénées
TOULOUSE, 31000
France

« >adresse

05.34.31.97.86

contact@fne-midipyrenees.fr
www.fne-midipyrenees.fr

FAITES PASSER LE MOT !
Twitter Facebook YouTube
Attention cet e-mail est envoyé automatiquement. Pour toute question sur nos services, veuillez ne pas répondre à ce mail mais écrire à cet e-mail Se désinscrire

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur 16 ASSOCIATIONS DEPOSENT UN RECOURS GRACIEUX CONTRE LE SDAGE ADOUR-GARONNE 2022-27

Une mobilisation réussie contre les méga-bassines !

Salut à tous,
Notre mobilisation contre les projets de méga-bassines ce week-end fut inédite !
+ de 7 000 personnes, venues de toute la France et d’autres pays, se sont rassemblées à la Rochénard (79) pour dire STOP à l’accaparement de l’Eau !
Nous avons vécu ensemble une nouvelle aventure extraordinaire, dense, riche en émotions et en humanité !
Une mobilisation inoubliable qui a soudé encore davantage tou-te-s cell.eux qui se battent pour défendre l’Eau comme Bien Commun Public contre toute forme de prédation !
Retrouvez les moments forts du Week-end ici, n’hésitez pas à partager :

https://youtu.be/2WMo8nMQw3I

UN IMMENSE MERCI À TOU-TE-S !
LA LUTTE CONTINUE !
Le Collectif Bassines Non Merci
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Une mobilisation réussie contre les méga-bassines !

Plus de 7 000 personnes manifestent contre les bassines dans le Poitou

Ce samedi 26 mars, plus de 7 000 personnes se sont rassemblées dans les Deux-Sèvres à la Rochénard, une mobilisation d’une ampleur inédite contre les projets de méga-bassines qui accaparent l’eau dans la région. La manifestation s’est poursuivie par le démontage du réseau d’alimentation d’une future bassine, qui prélèvera l’eau au détriment des besoins des habitants de Vallans en eau potable.

Le cortège festif et coloré s’est rassemblé sur le site d’un des projets de bassine de 220 000 m3 et 7 hectares, Sev5, où habitants, paysans, syndicalistes, naturalistes, militants du climat, ont rappelé leur détermination à stopper ces projets pour protéger et partager les ressources en eau. Munis de bêches, de plants et de semis, les participants ont encerclé puis replanté et occupé l’espace de cette bassine en projet… devant appartenir, entre autres, au président de la FDSEA des Deux-Sèvres.

Les manifestants ont ensuite excavé et prélevé plusieurs sorties d’eau du réseau de pompage de la bassine en projet d’Epannes. Lors de la dernière manifestation, le débâchage d’une bassine et le démontage d’une pompe avait montré la fragilité de ces infrastructures, encore démontrée aujourd’hui par le prélèvement et la mise hors service de cette partie du réseau – malgré un dispositif policier disproportionné et portant atteinte à la liberté de manifester. Une nouvelle d’autant plus importante que ce réseau de pompage devait servir à détourner l’eau des habitants de Vallans, mais aussi à concentrer les droits d’eau pour une poignée d’exploitants agricoles, au détriment de tous les autres. Ce montage démontre bien que les bassines serviront à augmenter les prélèvements d’eau et pomper toujours plus dans les nappes phréatiques, malgré ce que veulent faire croire les promoteurs de ces bassines.

En fin de journée, malgré les tentatives répétées de bloquer l’arrivée des tracteurs et les interdictions préfectorales, les manifestants ont finalement réussi à faire la jonction avec eux, alors même que les paysans sont les premières victimes de ces projets d’accaparement d’eau, typiques de ce modèle agro-industriel.

L’ampleur et la détermination inédites de ce nouveau rassemblement ne sont pourtant qu’un début : les manifestants appellent d’ores et déjà à un printemps maraichin et à plusieurs mois de mobilisation intense contre les méga-bassines tant que ces projets ne seront pas stoppés.

Alors que le gouvernement semble vouloir soutenir et financer tous les projets de méga-stockage d’eau en France et suite au Varenne de l’eau, co-piloté par la FNSEA et les agro-industriels,

Alors que la société anonyme des Deux-Sèvres se targue du remplissage d’une première bassine à Mauzé-sur-le-Mignon, dans un contexte de grave déficit hydrique des nappes phréatiques et des rivières,et annonce pouvoir démarrer trois nouvelles méga-bassines (Priaires, Epannes et Sainte Soline),

Alors qu’en réponse, des débâchages de bassines se multiplient en Poitou-Charentes,

Nous amplifierons toujours plus notre mobilisation et nos résistances face à ces projets aberrants. No bassaran !

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Plus de 7 000 personnes manifestent contre les bassines dans le Poitou

Braquage au Comité de bassin Adour-Garonne

Le Parlement de l’eau a été pris en otage ce jeudi 10 mars 2022, par le lobby industriel, avec le soutien des autorités publiques.

Parlement de l'eau

Le Parlement de l’eau vient de voter, après des manœuvres de dernières minutes orchestrées par des représentants de l’agriculture industrielle, un SDAGE en faveur de l’accaparement de la ressource en eau pour l’irrigation. Explications de notre fédération.

Le SDAGE (Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux) est un document stratégique et juridique essentiel, qui encadre et oriente les décisions publiques et privées susceptibles d’avoir un impact sur l’eau, au niveau d’un grand bassin hydrographique. La France s’est engagée, avec tous les Pays de l’Union Européenne, à atteindre le bon état écologique de son eau (rivières, nappes souterraines…) en 2027. Les SDAGE successifs doivent permettre d’atteindre cet objectif.

L’élaboration du SDAGE 2022-2027 : un long processus démocratique

Ce 10 mars aurait pu – aurait dû – être un grand jour pour la démocratie environnementale. Le Comité de bassin Adour-Garonne, Parlement de l’eau réunissant des représentants de tous les usagers de cette ressource fragile, était réuni en séance plénière pour l’adoption du nouveau SDAGE.

Ce document était en discussion depuis 2 ans, et a mobilisé des milliers d’heures de travail. Les bénévoles des associations membres de France Nature Environnement, ainsi que leurs confrères et consœurs, les représentants des consommateurs, n’ont pas ménagé leurs efforts jusqu’au dernier moment, pour améliorer son ambition. Bien que décevant et inquiétant sur bien des points, des avancées réelles ont été obtenues et le compromis atteint sur le texte semblait acceptable malgré tout.

Balayé en quelques heures, au profit d’une agriculture à contre-courant

Mais ce 10 mars, rien ne s’est déroulé comme prévu. Des manœuvres de dernière minute ont permis aux représentants de l’agriculture industrielle de faire passer une motion et une modification du SDAGE, en faveur de l’accaparement de la ressource en eau pour l’irrigation. FNE Midi-Pyrénées a déjà eu l’occasion de dénoncer les travaux du Varenne agricole de l’eau et du changement climatique, tant sur la méthode sans concertation que sur le fond. Eh bien ce sont tout simplement les conclusions du Varenne qui ont été intégrées dans le SDAGE !

Cette méthode inacceptable de pression foule au pied la démocratie participative et anéantit des années de concertation et de construction lente d’un compromis, pourtant essentiel sur cette question extrêmement sensible du partage de l’eau.

Face à cette prise d’otage, les associations ont voté symboliquement contre le SDAGE, qui a malgré tout été adopté, ainsi que la motion scélérate, dans le mutisme assourdissant de la majorité silencieuse.

FNE Midi-Pyrénées porte la voix de ses associations membres, et de ses amis des associations de consommateurs représentés au Comité de bassin, et dénonce

« L’irresponsabilité des instigateurs de ce coup de force qui, au mépris de la démocratie, attisent les antagonismes et les conflits, et s’érigent en propriétaires de l’eau ;

L’irresponsabilité de la FNSEA, qui laisse croire que cette usurpation serait une solution réelle et incontournable au déficit en eau ;

L’irresponsabilité du Préfet de bassin et du Président du Comité de bassin qui, par leur soutien, légitiment de tels agissements, laissant une minorité détourner un processus démocratique, au détriment des autres usages et de l’intérêt général.

Nous affirmons que nous devons faire face collectivement au défi des bouleversements climatiques, avec le plus grand sérieux. L’urgence est bien là, comme le rappelle le « terrible avertissement » du dernier rapport du GIEC paru le 28 février. »

Les solutions sont pourtant connues et nos associations poursuivront sans relâche leur engagement, dans les instances de la République, pour défendre l’intérêt général : la transition agroécologique et alimentaire, les solutions fondées sur la nature, la sobriété de tous les usages, la préservation des milieux naturels, l’éducation et la formation de tous et toutes.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Braquage au Comité de bassin Adour-Garonne

Journée mondiale de l’eau : conférences et débats du 19 mars reportés à la la rentrée

Au vu de l’actualité, Eau Secours 31 reporte à la rentrée les conférences et débats prévus dans le cadre de la journée mondiale de l’eau le samedi 19 mars.

 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Journée mondiale de l’eau : conférences et débats du 19 mars reportés à la la rentrée

La FP2E promulgue (sa) nouvelle loi sur l’eau

Un coup de maître. A un mois de l’élection présidentielle, la Fédération professionnelle des entreprises de l’eau publie un « Manifeste » qu’elle adresse aux candidats à l’élection suprême, et surtout aux futurs députés et sénateurs. Le syndicat patronal créé par Veolia, Suez et Saur y présente 7 « axes de progrès », censés incarner les orientations décisives pour la période 2022-2027, fruits d’un patient travail de lobbying promis à un bel avenir, car ces orientations vont inévitablement s’inscrire dans le réel, (c’est déjà fait au lendemain même de cette publication, avec le décret gouvernemental sur le « re-use »…), signant une mutation profonde de ce lobbying, non plus périphérique à l’appareil d’état et à la représentation politique, mais logé en son sein à l’état gazeux, comme un phénomène naturel, que nul ne saurait désormais contester.

Lire la suite : http://www.eauxglacees.com/La-FP2E-promulgue-sa-nouvelle-loi

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur La FP2E promulgue (sa) nouvelle loi sur l’eau