Adhérents, sympathisants ….

La fin de l’année 2023 nous a permis de faire entendre notre point de vue dans un bon nombre de médias locaux et également sur TF1 le mercredi 27 décembre concernant la proposition «originale» de J.L.Moudenc pour une tarification plus cher en été qu’en hiver.
La programmation de notre conférence de presse au mardi 19 décembre, à la veille d’une réunion du Comité Métropolitain de l’Eau y était sûrement pour quelque chose et nous nous en félicitions. (Vous trouvez en p.j. et fin de message les liens s’y référant.)

Une multitude d’autres sujets nous préoccupent actuellement dont la menace de la qualité de notre eau potable par la pollution de métabolites et de PFAS [substances poly ou perfluoroalkylées). cf Fr3 Occitanie : Pollution. Une association dénonce « un manque de transparence » sur la qualité de l’eau potable

Notre soutien actif à l’association Stop Gravières Ariège  est récent et nous demande un nouvel élan pour pouvoir apporter une aide efficace.

D’où cet appel pour la nouvelle année: Rejoignez-nous, en adhérent, en venant aux réunions mensuelles, en participant à nos actions ponctuelles, en lisant nos mails et lettre d’infos ….

Et bien sûr, vous pouvez nous aider également en nous soutenons financièrement, le moyen le plus rapide est celui via HelloAsso
(Le reçu fiscal à imprimer immédiatement vous y est proposé)

Avec nos meilleurs vœux pour vous et vos proches pour 2024!

Le bureau

Les articles de presse :

Libération du 23 décembre 2023

20 minutes du 19 décembre 2023

La Dépêche du 19 décembre 2023

TF1 le JT du 13 h du 27 décembre 2023

 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Adhérents, sympathisants ….

Conférence de presse d’Eau Secours 31 mardi 19 décembre

INVITATION

Conférence de Presse à TOULOUSE le Mardi 19 Décembre 2023 à la Bourse du Travail, 19 place Saint-Sernin à 11h00

Ces dernières semaines notre association a été sollicité à plusieurs reprises
pour exprimer notre position par rapport à la thématique de l’EAU.
Nous souhaitons faire le point avec vous lors d’un échange sur deux
questions d’actualité locale et nationale pour vous présenter nos analyses
et propositions :
Le projet de tarification saisonnière de l’eau potable présenté par
J.L.Moudenc à la presse et au Conseil de Métropole le 7 décembre.
Le problème de la qualité de l’eau, suite à l’article du Canard Enchaîné
du 18 octobre,

Nous serons heureux de pouvoir compter sur votre présence!

Contact:
Marie-Françoise Vabre : 06 30 13 28 64
Lucien Sanchez : 06 81 08 96 44

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Conférence de presse d’Eau Secours 31 mardi 19 décembre

La qualité de l’eau potable en France doit être protégée et renforcée

Un collectif de 21 chercheurs du domaine de l’eau, dont Julie Mendret, maîtresse de conférences à l’université de Montpellier, interpellent les pouvoirs publics sur la nocivité
des PFAS, ces composants chimiques présents dans l’eau du robinet.

La présence de substances per- et polyfluoroalkylées (PFAS) dans l’eau du robinet en France, mise en lumière par les médias, est devenue un sujet très sensible. Depuis lors, nombreux sont ceux qui s’inquiètent des conséquences sur la santé de la consommation d’eau du robinet et s’interrogent sur les moyens d’éradiquer cette pollution.

Les PFAS sont un groupe de composés chimiques utilisés dans de nombreux produits de consommation, qui incluent les revêtements antiadhésifs, les textiles imperméables, les
emballages alimentaires. Ces substances sont faiblement biodégradables et ont une résistance thermique et chimique élevée, d’où le surnom qui leur a été donné de « polluants éternels ».

Stations d’épuration inadaptées

Tout d’abord, il nous semble important de rappeler que l’exposition aux PFAS provient en premier lieu de l’alimentation, et de la consommation de produits de la mer, de viande, de fruits et d’œufs : la quantité ingérée de cette façon est souvent supérieure à celle qui est consommée à travers l’eau du robinet.
Mais voyons comme les PFAS se retrouvent dans l’eau du robinet. Les effluents industriels et les mousses anti-incendie constituent les principales sources de contamination. Les eaux usées domestiques en contiennent également, mais dans une moindre mesure. Or les stations d’épuration qui reçoivent les effluents industriels ou les eaux usées
domestiques n’ont pas été conçues pour éliminer ces molécules. Une fois traitées dans ces stations, ces eaux sont rejetées dans le milieu naturel, entraînant les PFAS avec elles.
Les eaux souterraines et de surface, potentiellement
contaminées, sont utilisées pour alimenter les usines de
production d’eau potable. C’est donc l’usine de potabilisation
qui doit garantir l’élimination de ces molécules afin
d’atteindre les normes en vigueur pour l’eau destinée à la
consommation humaine. Actuellement, les procédés
classiquement utilisés dans ces usines ne permettent pas
l’élimination des PFAS, du fait de leur forte résistance
chimique.
Persistantes et faiblement décomposables naturellement, ces molécules s’accumulent dans l’environnement et peuvent atteindre des niveaux de concentration préoccupants dans les
ressources en eau. Les PFAS sont associées à plusieurs effets néfastes sur la santé humaine, notamment des problèmes de développement lors de la croissance, des troubles
hormonaux, des effets sur le système immunitaire et un risque accru de développer certains types de cancer.
L’exposition à long terme aux PFAS est donc une préoccupation majeure de santé publique. Le manque d’études épidémiologiques empêche de déterminer au-delà de quels niveaux de concentration il y a des conséquences sur la santé humaine. Du fait de ce flou, il est difficile pour les autorités d’établir des seuils réglementaires, et certains pays préconisent le principe de précaution « Alara » (As Low as Reasonably Achievable, « aussi bas que raisonnablement possible »).

Mesures coûteuses mais nécessaires

En Europe, la directive 2020/2184, qui concerne la qualité des eaux de consommation humaine, a été révisée. Vingt PFAS ont été ciblées, et leur concentration maximale cumulée dans les eaux destinées à la consommation a été fixée à 0,10 microgramme par litre. La directive a été transposée en droit français en décembre 2022, et les PFAS devront donc être intégrées dans les analyses sanitaires de l’eau de consommation d’ici à 2026, comme elles le sont, depuis le 1er janvier 2023, pour les ressources où leur présence a déjà
été identifiée.
Comment éliminer ces molécules dans le cadre de la production d’eau potable ? Certaines technologies sont d’ores et déjà opérationnelles, comme la filtration sur charbon actif
spécifique, qui semble la plus efficace pour ce type de pollution, ou encore l’utilisation de l’osmose inverse. Pour gérer cette nouvelle pollution, nos filières de production d’eau potable devront être améliorées, ce qui implique un coût financier important. L’actualité préoccupante amène une partie de la population à préférer l’eau en bouteille. Pourtant, le modèle de l’eau du robinet nous semble le seul soutenable. En effet, la consommation massive d’eau en bouteille plastique a des impacts environnementaux mais aussi sanitaires, du fait de la présence possible de plastifiants et de microplastiques dans ces eaux. Ce type de consommation d’eau peut être une solution temporaire acceptable durant le délai de mise en place de mesures curatives mais ne doit en aucun cas devenir la norme, car elle génère des émissions de C02, par la fabrication des bouteilles et leur transport.
Les mesures curatives pour l’élimination des PFAS étant très coûteuses, il est primordial de renforcer la protection des populations et de l’environnement face aux risques liés à ces composés en adoptant des mesures préventives. Les industries de fabrication des PFAS doivent impérativement mieux maîtriser leurs rejets dans l’environnement. La majorité des usages actuels de ces composants ne sont pas essentiels, et une adaptation rapide de ces filières est nécessaire pour restreindre leur utilisation.
Les outils réglementaires doivent évoluer rapidement pour protéger la qualité de l’eau potable en France, notamment en renforçant la surveillance des rejets aqueux des installations classées pour la protection de l’environnement, afin de minimiser l’exposition des citoyens. Enfin, il est urgent de ne pas compliquer à l’extrême la production d’eau potable en évitant la contamination des milieux en amont et donc en développant des substituts écologiques aux PFAS. Ces enjeux justifient à eux seuls de mettre en place un effort de recherche considérable à l’échelle nationale et européenne, pour trouver tant des substituts à ces molécules que des moyens de les traiter efficacement. Il est urgent également d’étudier leurs aspect toxicologiques, afin de déterminer au plus vite des valeurs sanitaires seuils réalistes et opérationnelles pour l’eau destinée à la consommation humaine.

Parmi les signataires : Roger Ben Aïin, professeur retraité de l’université de Toulouse ; Mathieu Gautier, maître de conférences à l’institut national des sciences appliquées de Lyon ; Julie Mendret, maîtresse de conférences à l’université de Montpellier. Retrouvez la liste complète des signataires sur Lemonde.fr

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur La qualité de l’eau potable en France doit être protégée et renforcée

Forum sur l’eau du 30,septembre 2023

Organisé le 30 septembre 2023 à Toulouse, le Forum sur l’eau a invité plusieurs spécialistes des thématiques liées à l’eau.

Accédez à leurs présentation au format PDF en cliquant sur les liens suivants :

Les menaces qui pèsent sur l’eau et sa qualité

Améliorer la qualité de l’eau : défi technologique ? politique ? démocratique ?

Table Ronde des luttes

  • STOP GRAVIERES (Ariège) avec 1 représentant du collectif
  • NUCLEAIRE ET CANICULES les conséquences sur l’eau – avec Marc Saint Aroman (Les Amis de la Terre)
  • ALERTE AUX PESTICIDES avec Sylvie Nony (Alerte aux Pesticides/Secrets Toxiques) et 1 représentant.e des Faucheurs Volontaires
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Forum sur l’eau du 30,septembre 2023

Le Mouvement européen pour l’eau condamne le siège de Gaza et appelle au respect des droits humains et du droit international.

Le Mouvement européen pour l’eau (EWM) condamne fermement le siège actuel et le refus d’accès à l’eau et à d’autres biens de première nécessité dont est victime la population de Gaza de la part du gouvernement israélien. Nous appelons tous les acteurs concernés à respecter les droits humains et le droit international dans le cadre de leurs actions.

La population des Gazaouis endure depuis longtemps d’énormes difficultés, notamment un accès limité à l’eau potable, à des infrastructures d’assainissement et à des soins de santé adéquats. Ces conditions sont non seulement inhumaines, mais constituent également une violation des droits humains fondamentaux. Les conséquences humanitaires déjà désastreuses du siège prolongé de Gaza, qui dure depuis 16 ans, se sont rapidement détériorées depuis le lundi 9 octobre 2023, lorsqu’Israël a interrompu l’acheminement des ressources essentielles, notamment l’eau potable et les fournitures médicales, et qu’il a intensifié ses bombardements aériens au cours de la semaine. Maintenant qu’il n’y a plus de carburant pour faire fonctionner les infrastructures d’eau essentielles, l’Agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens avertit que deux millions de personnes sont en danger imminent.

Le Mouvement européen pour l’eau est fermement attaché aux principes de justice, d’égalité et de respect des droits humains. Nous pensons que chaque individu, quel que soit l’endroit où il se trouve, peut prétendre à l’accès à l’eau propre et sûre, une nécessité de base pour vivre. Le siège de Gaza aggrave la situa>on déjà difficile des Palestiniens en matière d’eau. Depuis la signature des accords d’Oslo en 1995, Israël a rapidement consolidé son contrôle sur l’approvisionnement en eau dans la région. Il contrôle désormais 87 % des ressources en eau palestiniennes et a instauré un état de « apartheid de l’eau » dans lequel les Palestiniens se voient refuser le contrôle et l’accès aux ressources et services en eau et consomment bien moins que les standards minimums en ma>ère d’eau fixés par l’Organisation mondiale de la santé.

La situation est particulièrement grave à Gaza, où 97 % de l’eau est impropre à la consommation. Selon les observateurs des droits humains, l’approvisionnement intermittent et de mauvaise qualité en provenance d’Israël empoisonne lentement les habitants depuis des années. Les infrastructures d’approvisionnement en eau et d’évacuation des eaux usées ont toujours été prises pour cible par les frappes aériennes israéliennes, qui ont également été visées par le siège en cours, ce qui a entraîné une surexploitation et une pollution des nappes phréatiques. Le fait que les Palestiniens de Gaza soient privés d’eau pour la boisson, la cuisine, l’hygiène et l’agriculture a eu de graves répercussions sur la santé publique, notamment des taux de mortalité infantile et maternelle plus élevés et la propagation de maladies transmises par l’eau.

Le droit international, y compris les conventions de Genève, stipule que toutes les parties impliquées dans un conflit ont l’obligation d’assurer le bien-être des civils et de protéger leur accès aux biens de première nécessité. Nous appelons le gouvernement israélien et toutes les parties de la région à respecter ces obligations juridiques et à donner la priorité au bien-être de la population civile de Gaza. Le Mouvement européen pour l’eau exhorte en outre la communauté internationale, y compris les Nations unies et ses États membres, à prendre des mesures immédiates et concertées pour alléger les souffrances de la population de Gaza.

Nous appelons à la fin du siège, au rétablissement de l’accès à l’eau potable et à la facilitation de l’aide humanitaire pour répondre aux conditions de vie désastreuses dans la région.

Dans un esprit de solidarité, nous nous tenons aux côtés des organisations et des défenseurs qui travaillent sans relâche pour résoudre la crise de l’eau et la crise humanitaire à Gaza. Nous continuerons à faire entendre notre voix et à défendre les droits et le bien-être du peuple palestinien.

Le Mouvement européen pour l’eau réitère son engagement en faveur des principes de justice, des droits de l’homme et de l’accès à l’eau potable pour tous. Nous sommes unis à ceux qui partagent nos valeurs et nos aspirations pour un monde plus juste et plus équitable.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Le Mouvement européen pour l’eau condamne le siège de Gaza et appelle au respect des droits humains et du droit international.

La nouvelle règlementation française sur la qualité de l’eau

Lors du Forum sur l’eau organisé le 30 septembre 2023, Thierry Uso a présenté la nouvelle Réglementation française de la qualité de l’eau en application des directives européennes
Voici la présentation que vous pouvez consulter.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur La nouvelle règlementation française sur la qualité de l’eau

Eau du robinet, à boire ou pas ?

Suite à l’alerte sur la qualité de l’eau potable de la part du directeur de l’Agence Régionale de Santé, FR3 Midi-Pyrénées s’intéresse à cette question dans son émission du lundi 30 novembre. Des membres d’Eau Secours 31 y sont interviewés.

Le sujet démarre à 13 minutes 17 secondes.

 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Eau du robinet, à boire ou pas ?

Pollution aux perfluorés. L’eau du robinet contaminée de manière massive

Dans un article du Canard enchaîné paru ce mercredi 18 octobre, un mail rédigé par le directeur général de l’ARS Occitanie fin septembre questionne sur la qualité de l’eau en Occitanie. Et si l’eau du robinet passait de « potable » à « consommable », avec tous les risques pour la santé que cela comporte ? Explications.

Extrait article de la Dépêche du midi
Suite à la divulgation de ce courrier interne à l’ARS, France 3 a interrogé la pédiatre spécialisée dans
l’étude des pesticides et leurs conséquences sur le développement humain Cécile Stratonovitch, pour
elle « confirmer la présence des PFAS dans l’eau du robinet est bien plus qu’inquiétant ».
Une plainte contre X a déjà été déposée par l’association Génération Futures pour atteinte à l’environnement, elle estimait qu’une grande partie de la population européenne était exposée à ces polluants, présents massivement dans l’eau, comme le rappelle le Midi Libre.
À l’avenir, à l’horizon 2026, les contrôles des substances présentes dans l’eau potable devraient être renforcés, mais avant cela, l’ARS Occitanie préconise-t-elle de « faire l’autruche », comme le pointe du doigt le Canard Enchaîné? L’information appelant les usagers à ne plus consommer l’eau du robinet ne semble en tout cas pas avoir été rendue publique pour l’instant …
Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Pollution aux perfluorés. L’eau du robinet contaminée de manière massive

Protégeons les droits du fleuve Garonne

Signez cette pétition sur Change.org

Chers amies et amis de la nature,

Avec ce texte, nous nous rassemblons en tant que Gardiennes et Gardiens de Garonne, ce joyau naturel qui relie nos terres et nos cœurs, et qui a été témoin de notre histoire commune de résistance. À travers les âges, nous nous sommes levés pour protéger nos terres et nos droits, et aujourd’hui, c’est le fleuve Garonne qui a besoin de notre voix.

Garonne, un trésor vivant

Garonne n’est pas qu’un cours d’eau. C’est une entité vivante, une mémoire vivante de nos terres. Elle est le reflet de notre identité commune, la gardienne de notre histoire partagée. Garonne est la vie elle-même, abritant une biodiversité exceptionnelle.

Garonne a des droits, comme nous 

Garonne a des droits fondamentaux que nous devons respecter. Le droit de vivre et d’exister, le droit à la santé, le droit à la régénération, le droit de ne pas être souillée, le droit de remplir ses fonctions essentielles, le droit à l’eau, le droit de s’écouler librement. Ces droits ne sont pas une option, pas non plus une déclaration symbolique, mais une mesure indispensable pour garantir la préservation de cet écosystème et de ses habitants  ainsi que notre propre survie.

Notre devoir envers Garonne

Que nous habitions ou pas la Haute-Garonne, le Tarn-et-Garonne, le Lot-et-Garonne, la Gironde, la Charente Maritime, en tant qu’êtres humains, nous avons un devoir civique et moral envers Garonne. Nous devons être les gardiens de son intégrité, les protecteurs de sa biodiversité, les artisans de sa régénération. Nous devons considérer les intérêts de Garonne dans toutes nos actions, car son destin est étroitement lié au nôtre.

Un nouvel horizon se dessine

Nous vivons un moment charnière de notre histoire. Nous devons passer de l’ère de la domination humaine à une ère où la nature retrouve ses droits. Notre résistance n’est pas contre l’humanité, mais pour l’harmonie entre les humains et la nature. Nous devons bâtir un avenir où Garonne et toutes les entités naturelles qui la composent sont célébrées, protégées et chéries.

Signez cette pétition et rejoignez les Gardiennes et Gardiens de Garonne. Partagez cet appel avec vos proches, vos amis, vos voisins. Ensemble, nous pouvons restaurer l’équilibre, guérir notre planète et préserver la beauté de Garonne pour les générations à venir.

Qui sommes nous ?

Nous sommes un mouvement réunissant associations, élu-es et citoyen-nes engagé-es pour la protection et la défense des droits de Garonne, regroupant notamment les associations Darwin Climax Coalitions, Sepanso Gironde, France Libertés Gironde, Wild Legal et MAxime Ghesquière (élu à la marie de Bordeaux)…

Déja plus de 16 000 signatures le 19 septembre !

Grâce à cette force que vous nous transmettez, nous allons porter votre voix jusqu’à la mairie de Bordeaux et toutes les mairies le long de Garonne, ainsi qu’aux institutions et entreprises concernées et demander des engagements forts pour que les intérêts du fleuve soient respectés et que sa voix soit prise en compte localement dans nos outils de gouvernance. 

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Protégeons les droits du fleuve Garonne

Au fil de l’eau, de l’Ariège à Toulouse, une nappe pour la vie

Stop Gravières présente : «Au fil de l’eau, de l’Ariège à Toulouse, une nappe pour la vie» les 21, 22, 23, 24 septembre 2023.

4 jours pour un voyage au fil de l’Eau, un évènement ouvert et constructif qui associera élus.es, scientifiques, syndicalistes, agriculteurs.trices, citoyens.nes, pour parler de l’Eau, mieux connaître les impacts sur cette ressource et mieux la préserver pour le futur.
La vallée de l’Ariège est l’un des derniers territoires de la France qui subit un extractivisme démesuré des granulats alluvionnaires. Et cela a de nombreuses conséquences écologiques et socio-économiques néfastes : raréfaction et pollutions de la ressource en Eau, dégradation et pollutions des Sols, destruction et renchérissement accéléré des meilleures terres irriguées, dommages au paysage, …

Mercredi 20 septembre à 9h, départ à Saverdun lieu-dit la minoterie de
« La flotte pour l’eau ». Un voyage au fil de l’eau en canoë jusque Toulouse,
pour attirer l’attention sur le désastre écologique que constitue la
surexploitation des granulats dans la nappe phréatique de l’Ariège.
Toutes les infos sur le parcours et pour rejoindre la flotte pour l’eau
Site STOP GRAVIERES: https://stop-gravieres.ariege.eu.org ;
Tel:07.85.14.20.06 ; Mail:stopgravieres@ariege.eu.org ; Télégram : t.me/nappe09
Soyons nombreux-ses sur la Garonne pour rejoindre les canoës.

Jeudi 21 septembre
Pamiers, salle du hameau de Trémèges
Comment préserver l’eau ? Que recouvre la notion de « commun » et en quoi peut-elle être utile pour sauver la nappe phréatique de l’Ariège ?

  • 16h00 : Accueil du public dans la salle
    Exposition, stand, infos, …
  • 16h30 : Conférence de presse :
    En présence de Benoît Biteau, agriculteur et député européen et des
    représentants.es de la société civile et des élus.es.
  • 17h45 : Accueil par la municipalité
  • 18h00- 20h00 : Table ronde :
    Préservation de l’eau et reconnaissance de notre bien commun.
    L’exemple de la nappe phréatique d’Ariège.
    Intervenants.te : Benoît Biteau, agriculteur et député européen, Geneviève Azam,
    universitaire économiste, Christian Morisse, LDH.
    Échanges avec le public.
  • 20h20 : Film : «De l’eau jaillit le feu», cinéma Le Rex, Pamiers.
    Suivi d’un échange du collectif STOP GRAVIÈRES avec le public.

Ouverture du bar et petite restauration dès 16h.

Vendredi 22 septembre
Saverdun, grande rue, salle des fêtes
Comment protéger l’Eau et préserver des terres agricoles vivantes dans le contexte du réchauffement climatique ?

  • 14h : Tour des gravières de Saverdun / Montaut en voiture
    Tout public, avec l’APROVA
    Départ gare du Vernet d’ Ariège à 13h45
  • 16h : Accueil du public dans la salle
    Exposition, stand, infos, …
  • 17h45 : Accueil par la municipalité
  • 18h00 : Conférence :
    Biodiversité des sols et rétention naturelle de l’eau, par Jean Olivier,
    docteur en écologie de l’Université de Toulouse, botaniste et biogéographe.
  • 19h30 : Table ronde :
    Eau et agriculture/Sols vivants
    Intervenants.te : Emmanuel Chemineau, paysan et formateur
    en agroécologie, Jérôme Pédoussat, formateur agricole CFPPA Ariège
    Comminges, Laurence Marandola, porte-parole nationale de la confédération
    paysanne, Alex Franc, arboriculteur en vallée de l’Ariège.
    Échanges avec le public

Ouverture du bar et petite restauration dès 16h

Samedi 23 septembre
Cintegabelle, place Jean Colombies
Salle de cinéma Gérard Philippe
Qui représente le collectif STOP GRAVIÈRES né en mars 2023, dans le but
de sauver la nappe phréatique de l’Ariège ?

  • 14h : Tour des gravières de Cintegabelle en voiture
    Tout public, avec Cintegabelle en transition
    Départ gare de Cintegabelle à 13h45
  • 16h : Accueil du public dans la salle
    Exposition, stand, infos, animations, …
  • 16h45 : Accueil par la municipalité
    En présence de Jean-Louis REMY, conseiller municipal
  • 17h00-18h30 : Conférences
    «Impacts des gravières à la nappe phréatique», par APROVA,
    «Analyse des conflits d’aménagement en France et négociation
    environnementale», par Léa Sébastien, géographe de l’environnement.
  • 19h : Table ronde :
    Collectif : STOP GRAVIÈRES
    Présentation par les associations de la problématique de l’extraction
    du granulat et de l’enfouissement des déchets du BTP dans la nappe
    phréatique de l’Ariège avec :
    APRA-Le Chabot, Association de Protection des Rivières Ariégeoises, CEA
    (Comité Ecologique Ariégeois), Confédération paysanne 09, APROVA
    (Association de PROtection de la Vallée de l’Ariège), Extinction Rébellion 09,
    Eau Secours 31, LDH 09 (Ligue de droits de l’Homme).
    Échanges avec le public.
  • 20h30 : Soirée conviviale
    Films courts, des documentaires, un film d’animation et une fiction sur l’eau.
    Musique

Ouverture du bar et petite restauration dès 16h

Dimanche 24 septembre
Toulouse, île du Ramier
Fin de matinée, rassemblement sur l’île du Ramier
Prises de parole d’élus.es, scientifiques, syndicalistes, agriculteurs.trices, citoyens.nes – Repas partagé

  • 13h : Arrivée de la flotte pour l’eau
    Musique : Chorale …
  • 14h : Marche pour l’eau, au son de la Batucasol de Toulouse
    vers l’hôtel de Région, la Préfecture et le Capitole
  • 17h : Fin de l’évènement

Nos objectifs :

Le collectif STOP GRAVIÈRES a pour but l’information et la sensibilisation du grand public, aux impacts des gravières de la vallée de l’Ariège. Aux côtés des collectivités locales, elle souhaite l’arrêt du développement des carrières alluvionnaires de l’Ariège, la réduction des surfaces autorisées non encore exploitées et la modification de leurs conditions d’exploitation pour minimiser les impacts sur la ressource en Eau tout en tenant compte des préconisations scientifiques et de l’autorité environnementale. Et également la préservation des terres agricoles, l’arrêt de l’enfouissement des déchets du BTP dans la nappe phréatique pour protéger la ressource en Eau.

Contacts : https://stop-gravieres.ariege.eu.org ;
stopgravieres@ariege.eu.org ;  : 07.85.14.20.06 ; Télégram : t.me/nappe09
Avec la participation des Associations «Pamiers Citoyenne» et «Cintegabelle en transition».
Merci aux militants.tes de Pamiers à Toulouse pour votre soutien.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Au fil de l’eau, de l’Ariège à Toulouse, une nappe pour la vie